a
ABR is a unique therapy which rebuilds the strength, structure and function of the body.
+32 (0)11 87 45 47
info@abrtherapy.com

Articles similaires

Blog

C’est une question de fascia

Elke est la maman de Senn, un mignon petit garçon IMC.
Ce texte est tiré du blog de Elke intitulé “C’est une question de facia” publié
sur son site internet “Everything for Senn” (“Tout pour Senn”). 

Chaque semaine, je vois comment mon fils Senn peut bouger un peu plus librement. Par moments, cela me semble minime, et d’autres fois plus important. Ses jambes, qu’il ouvre bien et aisément et qu’il peut de plus en plus rapprocher vers lui, ses genoux qu’il peut toucher lorsqu’il s’allonge sur le dos, ses mains qui s’ouvrent davantage, ses bras qu’il peut bouger plus facilement, son torse devenu beaucoup plus ferme et pas à cause de sa spasticité mais bien parce qu’il le contrôle, du fait qu’on lui ait rendu la structure correcte de son corps et parce qu’on le stimule correctement.

 

Comment fait-on cela?
Tout commence avec la thérapie fascia ABR, et j’en suis convaincue au plus profond de mon coeur. Et ce pour la simple raison suivante: pourquoi est -ce que les adultes victimes de lésions cérébrales peuvent se rétablir après, sans leur corps qui est complètement déformé, et de telle sorte qu’ils peuvent tout de même vivre leur vie de façon fonctionnelle ? N’est-il pas vrai que plus on est jeune lorsqu’on subit une lésion cérébrale, mieux c’est ? Notre cerveau continue de se développer, on peut utiliser davantage la spasticité du cerveau et le dommage subi ne fait que diminuer en pourcentage. Des adultes atteints de lésions cérébrales non congénitales n’ont pas du tout cela et d’ailleurs ils n’ont pas tout ce fardeau dans de nombreux domaines. En plus, on lit partout que la paralysie cérébrale n’est pas un trouble évolutif, cependant, beaucoup d’enfants voient leur état empirer à mesure qu’ils grandissent et en effet, ce n’est pas parce que la lésion dans leur cerveau augmente, au contraire. Alors, comment est-ce possible ?

 

La solution est le fascia, le tissu conjonctif.
En soi, le mot veut tout dire. Le tissu qui relie tout, littéralement tout dans notre corps.  Ces dernières années, il s’est avéré que le tissu conjonctif est beaucoup plus important qu’on ne le pensait auparavant. Regardez un squelette que l’on voit parfois dans le cabinet d’un médecin. Est -ce qu’il tient debout sans le reste de notre corps ? Non… s’il n’était pas supporté, il tomberait par terre, comme une pile.
Alors je sais ce que vous pensez, mais c’est à ça que servent les muscles. Oui, mais imaginez que lorsque vous êtes assis sur le canapé, vous n’aviez que les muscles pour vous permettre de rester assis. A quel point cela serait-il épuisant ? Des muscles tendus constamment pour vous maintenir debout. Pas pour se lever, mais seulement pour rester debout. Comme cela doit être fatiguant…
Et bien, c’est pour cela qu’on a du fascia ou du tissu conjonctif. Cela permet de vous asseoir calmement. Le fascia relie les muscles au squelette et bien plus encore. La raison pour laquelle une personne en bonne santé peut s’asseoir de façon détendue, c’est parce que nous avons du fascia qui le permet. Dès que nous voulons nous lever, les muscles prennent le relais à partir d’un certain point et c’est comme cela que ça marche pour tout. Pour les enfants atteints de paralysie cérébrale, ce tissu conjonctif n’est pas bien développé. Il est devenu raide et collant et n’est plus fluide et résistant, comme il devrait l’être. Il en résulte que les muscles ne sont plus correctement attachés aux os, que le tonus musculaire est soit trop élevé ou trop bas et qu’à long terme cela aura pour conséquence que l’enfant ne se développera pas correctement.

 

Nous suivons cette thérapie depuis seulement 8 mois et je sens et vois le corps de Senn changer un peu plus à chaque fois. D’abord, c’était le torse et la respiration, puis la tête et le cou, ce qui lui q donné beaucoup plus de contrôle sur elle, et ses jambes et ses épaules ont également commencé à changer. En plus, nous avons presque complètement réduit la dose de Baclofène, un relaxant musculaire.

Sur cette image, on voit la différence dans le contrôle de la tête de Senn après six mois de thérapie ABR :

Resultaat Senn

Je connais une femme qui a également commencé récemment la thérapie ABR. Elle est en fauteuil roulant et souffre d’une quadriplégie spastique. J’ai entendu à son propos qu’elle peut mieux respirer maintenant, qu’elle lève les bras plus haut, que pour la première fois depuis des années, elle sait ce que c’est de ressentir les pieds chauds, qu’elle peut s’asseoir de façon plus stable …

 

Mais depuis, je me demande pourquoi ceci n’est pas choisi et recommandé pour tous les enfants IMC?
Pourquoi les gens n’écoutent-ils pas cela ? Nous voyons clairement la différence et nous ne sommes pas seuls. A plusieurs endroits j’ai récemment lu que de rester immobile et la mobilisation ne permettait pas de prévenir les problèmes et pourtant ils continuent de prescrire cela obstinément.

J’espère sincèrement que cela changera tôt ou tard. ABR Belgium existe depuis 2001 et ils continuent d’approfondir et de se spécialiser chaque année. Je suis très heureuse et reconnaissante de les avoir trouvés. Sans la bonne structure dans le corps, vous pouvez donner autant d’apport que vous voulez dans le cerveau, cette structure est votre base et indispensable.

 

Elke,
mère de Senn

Site Web sur l’histoire de Senn: https://allesvoorsenn.com/ 
Site Web sur CuPerHeroes, une organisation à but non lucratif: http://www.cuperheroes.be/